Su

CIMG7690Su a 20 ans et elle a déjà deux petites filles. Elle pose ici avec sa plus jeune, Chow (orthographe tout à fait approximative), sa deuxième fille de 3 ans était, lors de nos 3 jours de trek, avec le papa.

C’est une femme Black H’mong, c’est un peuple d’Asie originaire des régions montagneuses du nord du Vietnam .

Elle s’est présentée d’une ferme poignée de main, très habituée des coutumes occidentales, Chow sur le dos et nous a expliqué qu’elle serait notre guide durant les 3 prochains jours.

Il y avait une telle détermination dans les yeux de cette jeune femme qu’aujourd’hui encore nous pensons à elle en se disant « quel sacré bout de femme ! ».

A peine 20 ans, femme Black H’mong de 38 kgs, 2 enfants, guide parlant un anglais absolument remarquable (évidemment elle parle aussi vietnamien et le dialecte de sa communauté), elle a gravit avec nous les montagnes de Sapa, son enfant sur le dos, nous aidant même quand nos pieds glissaient et que nos jambes faiblissaient, sans jamais montrer un seul signe de fatigue.

Elle n’a pas choisi son mari mais elle s’en accommode très bien. Et quand je parle d’amour elle sourie et esquive la question… Elle nous explique qu’elle espère vite avoir un petit garçon, parce que deux enfants c’est déjà assez fatiguant ! Toute à fait consciente des différences de culture entre son monde et le notre elle répond à mes questions en rigolant l’œil en coin, l’air de dire « c’est fou hein?! » En effet c’est fou, il nous a fallu attendre ce voyage pour se rendre compte que ces modes de vies existaient bel et bien et qu’ils n’étaient pas issus de comptes farfelus.

Comme nous l’expliquions dans la page Vietnam, les femmes Black H’mong sont très soumises et doivent donner un fils à leur mari sous peine de voir celui-ci partir avec une autre. Dans son village, sa voisine a eu 11 filles, lassé, son mari l’a quittée…

Chaque jour elle nous a impressionné par sa culture du monde qui l’entoure, elle était aussi bien capable de cueillir quelques feuilles pour en faire une tisane et soigner les douleurs intestinales d’une de nos compères voyageuse, comme de parler de la France, des Pays Bas sans avoir à rougir…

Ouverte, cultivée, le regard vif et la langue bien pendue elle a été pour nous bien plus qu’une guide durant ces 3 jours…

Su, merci !

5 réflexions sur “Su

  1. « Comme nous l’expliquions dans la page Vietnam, les femmes Black H’mong sont très soumises et doivent donner un fils à leur mari sous peine de voir celui-ci partir avec une autre. Dans son village, sa voisine a eu 11 filles, lassé, son mari l’a quittée… »
    Assez ironique quand on sait que c’est le chromosome Y du père qui détermine le sexe du bébé à naitre.

    Tout ça me fait regretter de pas être aller à Sappa, mais on avait pas le temps à l’époque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s