Tioman Island

7 mai, entre Malacca et Mersing

CIMG9300A 7h30 du matin, pas très frais parce que la nuit a été courte, (trop chaud, trop de moustiques, trop de moiteur, pas assez d’air…) on était à la gare de Malacca. Notre bus devait nous emmener à Mersing où nous devions prendre un bateau dans la foulée pour Tioman… Ca c’est la théorie, mais elle ne s’applique que rarement en Asie. Si la théorie devient réalité c’est que vous n’êtes plus en Asie.

La veille on avait fait des folies. On avait réservé un super hôtel pour nos 3 nuits sur Tioman. 60 € la chambre, c’est peut être pas grand chose mais en Asie, avec ça, on peut se faire une nuit de luxe !

Notre bus était là, bien garé, mais pas de chauffeur. On a appris à être patient et à ne plus s’énerver lorsque nos plans sont modifiés contre notre gré. On a donc attendu patiemment en mangeant des oréos et en sirotant du Milo (ces petits plaisirs resteront gravés dans notre mémoire et à jamais reliés à l’Asie).

Quand enfin notre chauffeur est apparu, 30 minutes de retard (tout à fait raisonnable), nous avons embarqué à bord d’un bus VIP. On a rencontré Jérôme, Christophe, et Martine, trois voyageurs solitaires en partance pour Tioman. On a papoté pendant nos 5h de trajet (temps de trajet prévu à la base, 3h… Soit 2h de retard… Tout à fait raisonnable). On est arrivé à Mersing à 13h, on s’est tous jetés dans un taxi et on parti en direction de l’embarcadère. Sur place, plus grand monde, malgré tout on trouve un bureau ouvert. Le verdict tombe. Marée basse, y a plus de bateau.

« Comment ça y a plus de bateau ? C’est une blague non ? Parce que moi j’ai réservé une chambre à 60 € ce soir ! Et puis je veux pas rester à Mersing ! C’est nul Mersing ! Je veux aller à Tioman ! »

« Je comprends Madame, mais je n’y suis pour rien moi, c’est marée basse… »

« Oui c’est vrai pardon… Mais Tioman quoi… »

J’appelle notre hôtel pour les prévenir de notre absence de ce soir, lorsque je leur demande confirmation du remboursement de ma nuit. NON catégorique. Bon ok, je ne m’énerve pas, on verra ça plus tard.
A côté de nous Jérôme négocie un petit bateau privé qui peut emmener 12 personnes à Tioman, le marin nous demande 900 €, Christophe musicien boudhiste qui sent la tension monter joue de la flute pour nous détendre, Martine réserve une chambre à Mersing et Gem, qui vient d’arriver avec ses deux enfants (Philippins), négocie avec son hôtel pour qu’ils nous envoient un bateau… C’est donc au son de la flûte que nous avons patienté encore 1h, dans l’attente de la réponse de l’hôtel de Gem…

Finalement pas de bateau, on restera donc à Mersing. Encore très déçue je suis le mouvement sans grande motivation. Seb m’épate, il prend ce nouveau coup de sort asiatique du très bon côté. On se trouve une chambre pas très loin de l’embarcadère pour pouvoir y être demain à 5h30 du matin. Le départ est à 6h mais tu as beau avoir acheté ton ticket, il faut l’échanger contre une carte d’embarquement et ici le surbooking est de mise… Pas de carte d’embarquement pas d’eau turquoise. Et on me la fera pas deux fois.

CIMG9294On partage notre chambre avec Christophe les autres sont quelques chambres plus loin. La chambre est très propre, a deux fenêtres et donne sur la rivière… Jamais eu aussi bien depuis notre départ. Mais je ne peux pas m’empêcher de regretter notre chambre de Tioman.

On s’installe tous à la table d’un restau peut être indien, peut être malais, ou peut être tout autre. Verryel, le fils de Gem semble triste, elle nous explique que c’est son anniversaire et qu’ils avaient prévu de le fêter à Tioman…
Et Séb se lève et disparait. 10 minutes passent. Je ne comprends pas bien ce qu’il est parti faire. Il revient, s’assoit l’air de rien. A la fin du repas il me demande de traduire et de dire à Gem qu’il a acheté des petits gâteaux et des bougies pour fêter l’anniversaire de Verryel.

« Tu comprends il avait l’air si triste… »

Et ouais !!! C’est MON mec !!! Hah ! Le Mien !!!

Je ne vous raconte pas la tête de Gem quand je lui ai dit, ni la tête de Verryel quand on a tous chanté…

Un des plus beaux anniversaires auxquels j’ai assisté… Tout d’un coup, j’ai plus du tout regretté de ne pas être à Tioman. Et à cet instant là Seb et moi on n’aurait souhaité rien d’autre que de partager ce moment avec ces inconnus que nous avions rencontré quelques heures auparavant.

On est resté ensemble l’après midi, on a encore partagé un repas, quelques verres et on est tous rentré se coucher…

4 heures de sommeil et demain Tioman. Enfin.

8 mai, Tioman

Dans le bateau qui nous emmenait à Tioman on a assisté au lever de soleil tous ensemble et on s’est séparé tour à tour, chacun débarquant sur une plage différente. L’île n’est pas bien grande, 25 kms de long, suffisamment en tout cas pour assurer qu’on ne se reverrait pas au hasard… De toute façon il n’y a pas route, pour passer de plage en plage c’est le bateau.

A travers les nuages, Kampong Paya Beach, 100m de plage, quelques bungalows, devant, la mer à perte de vue, derrière, la jungle qui s’étend à l’infini. Ahhhh ma petite chambre de luxe que j’ai tant rêvé nous attend !

CIMG9468 On prend possession de nos quartiers. Gros gros désenchantement, d’abord ça pue l’humidité, à tel point qu’il est même difficile de respirer, ensuite c’est délabré et surtout c’est sale…

Finalement Mersing c’était chouette…

L’orage éclate, on s’endort sur les canapés du salon ouvert sur la plage.

CIMG9397 A notre réveil c’est un beau soleil qui éclaire de mille lumières la mer transparente. On chausse nos masques et tubas et on s’enfonce dans l’eau chaude et translucide. A la découverte du monde sous-marin de la mer de Chine. C’est marée basse on a presque pied tout le long. On est pas si loin du bord que déjà des milliers de poissons apparaissent. Du bleu, du rouge, du jaune, des longs, des gros, des fins, des ronds, des rectangulaires… On ne sait plus où regarder tellement c’est beau de partout. On pousse des cris toutes les deux minutes.

Et soudain, sous nos pieds, une tortue, énorme !!! Elle est si près qu’on pourrait la toucher ! Elle mange des coraux, paisible, je sais même pas si elle a remarqué qu’on était là depuis déjà un petit moment. Soudain elle bouge, nage, remonte à la surface, respire un peu, replonge et se remet à ses coraux. Puis une deuxième apparait, plus petite celle là, elle s’éloigne et disparait…

On s’éloigne à la recherche d’autres merveilles de ce genre, mais l’eau devient chaude et trouble à la surface, comme du gras. On s’éloigne encore mais pas moyen de se sortir de cette poubelle de je-ne-sais-quoi. On quitte notre mer et nos merveilles dépité… Je ne sais pas ce que c’était mais on est vraiment crado…

En tout cas Séb est conquis. Lui qui n’est pas vraiment du genre poisson dans l’eau se joint volontiers à moi pour un peu de snorkelling demain !

9 mai, Tioman

D’abord, avant que je ne vous raconte notre journée, j’ai un petit truc à faire !

BON ANNIVERSAIRE MA LOUT’ !!!

Bien, ceci étant réglé, nous sommes tout à vous !

CIMG9402A 9 heures on part en bateau, nous ne sommes que 7. Premier arrêt à Coral Island. Je ne sais pas comment vous décrire ce qu’on a vu. Ca ressemblait aux photos des magazines d’agence de voyage. C’était bleu, blanc, vert. Si pur qu’on aurait dit que Photoshop était passé par là. 1 heure d’émerveillement. Nous sommes seuls, pas un seuls touriste. Nous et notre bateau qui flotte au gré des vagues. Et le paysage. Seules les mouches des sables (elles piquent piquent piquent !) et quelques bouteilles oubliées sur la plage viennent gâcher le paysage.

A midi notre chauffeur-marin nous dépose sur une plage du nord pour nous restaurer un peu. Et soudain Jérôme et Christophe apparaissent au loin ! On crie ! Le monde est petit sur une île de 25kms de long… On se retrouve autour d’un bol de riz et on salue la Chance, l’Univers dirait Christophe, qui nous a fait nous retrouver. Mais déjà il est temps de repartir…

On enchaine les sites de snorkelling, et c’est l’apothéose. Dernier plongeon, le chauffeur-marin nous explique que si on a de la chance on verra peut être des tortues et des requins…

CIMG9446Les coraux sont d’une telle splendeur qu’il m’est difficile de vous les décrire. Toutes les formes, toutes les couleurs, tous les aspects. Des étoiles de mer, des oursins gigantesques, des poissons, des raies et une tortue… On est heureux.

Et là juste sous nos pieds, un requin, 1m80. Ils ont beau être innofensifs (a priori) mon cœur s’emballe. Je flippe. J’essaie de me raisonner, « arrête d’avoir peur, ils sentent la peur, tu vas l’attirer ». Il file. Puis un deuxième ! J’ai toujours aussi peur… Et un troisième !!! Avec ces conneries je vais faire un arrêt cardiaque moi… Ce sont des requins pointe noire m’explique-t-on.

A notre retour quand on rend notre matériel, on leur raconte tout ce qu’on a vu, et bah on est extrêmement chanceux, les requins c’est pas tous les jours parait-il…

Comme dit Lou, moi j’en connais un qui serait jaloux 😉

Le soir je lis les dernières news, une homme vient de mourir à La Réunion des suites de morsures de requin… Bon c’est pas les même mais quand même !

Au restaurant, grande bataille, on négocie avec le directeur de l’hôtel, il refuse de nous rembourser notre nuit perdue. On ne baisse pas les armes et finalement au terme d’un combat digne des plus grands gladiators nous obtenons le remboursement de tous nos repas sur place… Victoire !

Et pour terminer en beauté, on a fini avec notre séjour sur Tioman avec un beau coucher de soleil…
Des îles romantiques à souhait !

On se couche des étoiles pleins les yeux. Le seul hic c’est l’odeur répugnante qui flotte dans la chambre. Il doit y avoir un varan mort dessous. Y a plein de varans ici, gigantesques ! On pense à notre journée et on s’endort…

10, 11 mai, entre Tioman et Kuala Lumpur

Pour retourner à Kuala Lumpur on avait le choix entre 9 heures de bus ou 1 heure d’avion, pour 20 € de différence…

Donc en attendant notre avion on est allé visiter l’île en scooter. Quand je dis l’île j’entends un petit bout de l’île parce que je vous l’ai dit, y a pas de route ici… Ils connaissent pas les casques alors j’ai pas arrêté de dire à Séb « moins vite, plus doucement, attention… » On roulait si lentement qu’on aurait pu se faire doubler par des piétons. Notre avion est parti avec une heure de retard… Je dis plus rien on est trop habitué maintenant… La piste d’atterrissage-décollage est si petite et coincée entre la montagne et la mer qu’il n’y a que des avions à hélices qui y ont accès.

On est arrivé à KL et on a rejoint notre auberge préférée, Matahari. Là-bas surprise, on y a retrouvé Brice, mon modèle, rappelez-vous, (voici le lien vers son blog, c’est à contre cœur que je vous le donne. Trop de concurrence risquerait de réduire mes stats à néant… Mais bon, l’était gentil ce p’tit Brice alors…) Dominique et ses très jolies photos et Ségolène-la-Nouvelle, qui m’a fabriqué et offert un très joli bracelet. D’ailleurs si tu lis ces lignes Ségolène, sache que je pense tous les jours à toi quand je regarde mon poignet. En tout cas on s’est senti dans cette auberge comme chez nous. Et pour nous qui n’avons plus de chez nous, ça fait un bien fou.

12 mai, entre Kuala Lumpur et Chiang Mai

A 6h50 ce matin, nous avions notre avion qui nous faisait quitter la Malaisie mais qui nous emmenait vers le nord de la Thaïlande.

Vous connaissez la chanson maintenant !

retrouvez-nous là-bas !

Publicités

2 réflexions sur “Tioman Island

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s