Phnom Penh

CIMG83321er, 2, 3, 4, 5, 6 avril Phnom Penh

On se repose, on dort, on boit des coups, on profite de l’air climatisé, on bouquine, on révise notre anglais…
Bref on fait beaucoup et rien en même temps.

Entre temps on a quand même changé d’hôtel juste pour se rassurer et se dire qu’on n’est pas trop inactif…

La ville nous plait bien. Elle est très sale, les trottoirs sont encombrés de scooters et de tuktuk (absolument pas accessibles aux piétons que nous sommes), les poubelles sont à même le sol, comprenez qu’il s’agit en fait d’un tas d’ordures posé à même le sol qui attend le soleil pour le faire pourrir plus vite, les chiens errants qui le débarasseront des quelques morceaux comestibles (les couches sales d’enfants en bas âge sont comestibles) ou quelqu’un qui viendra le récupérer pour l’emporte je ne sais où… Je ne peux pas vous décrire les odeurs qui émanent de ces tas d’ordures mais juste pour partager avec nous ces délicieux moments de notre voyage, essayez d’imaginer…

Les gens sont très sympas, accessibles et souriants. Evidemment tous les chauffeurs essaieront de vous embarquer et tous les enfants auront un bouquin à vous vendre mais c’est ça l’Asie !

CIMG8317On en a profité pour aller visiter la prison khmer rouge, le Tuol Sleng Genocide Museum qui nous a mis un sacré coup au moral.
Il s’agit d’un ancien lycée construit par les Français, réquisitionné par les Khmers Rouges et transformé en prison, la prison S-21. Cette prison est reconnue pour être la plus terrifiante du Cambodge. Près de 15 000 Cambodgiens y sont passés, ils ont subi les pires tortures avant d’être exécutés dans le camp de Choeung Ek. Certains gardiens âgés de 10 à 15 ans n’avaient plus rien d’enfant, ils étaient encore plus cruels que les adultes. Le camp se situe à quelques kilomètres de Phnom Penh, c’est aujourd’hui un lieu de recueillement que l’on peut visiter. Nous n’y sommes pas allés, la prison était déjà bien trop difficile pour nos âmes sensibles.

A l’époque coloniale la ville est alors considérée comme la perle de l’Asie du Sud-Est. Cette réputation était alors certainement dûe aux trésors architecturaux qui parsèment les rues (pagodes, Palais Royal…)

De l’extérieur, en effet le Palais Royal est magnifique, mais on ne peut visiter que les jardins, l’accès intérieur est interdit aux touristes. Alors bon, 6 $ pour se balader dans les jardins… A chacun de voir… Nous on a vite vu, vous n’aurez que des photos de loin ! Sachez cependant que même de derrière les barreaux ça vaut le coup d’œil. Les bâtiments datent du XXème siècle, les toits à étages, les tuiles vernies, les balcons, les colonnes… C’est du grandiose !

Au XVème siècle Phnom Penh est « la capitale des 4 bras » tant elle vit des fleuves qui l’alimentent. Le Mékong, le Tonlé Sap, le Fleuve Antérieur et le Bassac parcourent la ville et offrent à ses habitants de quoi se fournir en poissons et de quoi cultiver les terres éloignées. Le commerce en fait un pays florissant jusqu’en 1975.

En 1975 sous prétexte d’un bombardement américain les Khmers Rouges évacuent la ville, c’est plusieurs milliers de personnes qui sont déportées. La ville se transforme en quelques jours en ville fantôme. Puis comme à Angkor la ville est pouillée et mise à sac par les révolutionnaires, les bibliothèques sont brûlées et les bâtiments détruits. En plus de perdre ses habitants, la ville perd sa mémoire.

Puis l’armée vietnamienne investit et libère le pays, mais elle en profite aussi pour finir le pillage de la ville.

Finalement les casques bleus et différentes ONG insufflent une nouvelle dynamique à la ville qui prise d’un regain d’énergie s’ouvre au commerce extérieur. Mais lorsque les autorités provisoires mises en place par les nations unies quittent le pays en 1993, la ville se retrouve de nouveau en proie à de nombreuses vioences (manifestations, prises d’otages, attentats..). Les aspirants au pouvoir reprennent les armes.

L’année 1998 signe la fin des combats à Phnom Penh. L’espoir d’une paix durable est définitivement acquis.

Pour plus d’info sur l’histoire du Cambodge cliquez directement sur Cambodge !

7, 8, 9, 10 avril, Phnom Penh, encore !

Voilà 10 jours que nous sommes à Phnom Penh. On y a pris nos petites habitudes et c’est fort agréable ! Croyez-moi on fait les grands pachas ici ! On a la clim, la télé et même le journal du jour sur la table du petit déjeuner qui nous attend chaque matin !

Alors forcément on n’a pas trop envie de bouger…

On a parcouru la ville en long, en large et en travers, fait des dizaines de kms à pieds, souffert de la chaleur encore et toujours, testé les tom yum et amok en tout genre (hummmmmm trop bon !!! On vous en cuisinera ! on essaiera en tout cas !) et on est bien !

CIMG8361 Ici c’est bientôt le Nouvel An, y a de la musique de partout et les Cambodgiens font la fête dans la rue ! On s’est même fait enfariner !

On en a aussi profité pour faire notre visa indien… Quel mal nous en a pris !

1ère visite à l’ambassade (qui se situe quand même à 5 kms de notre hôtel) pour avoir entre autre des info sur quel visa choisir (y en a plein !!!), visite inutile puisque ils ont refusé de nous répondre. Ils nous ont par contre remis une carte d’une agence de voyage qui s’occuperait très volontiers de notre demande de visa. Merci, mais non merci.

On fait une première demande sur leur site internet, à la suite de laquelle on est censé se voir accorder un rdv. On attend. Encore. 2 jours plus tard on se dit que quand même c’est un peu long quand même… Deuxième demande, et enfin un rendez-vous 3 jours plus tard ! Enfin non, pas 1 rendez-vous, 2 ! Parce que si Seb et moi on l’avait eu le même jour ça aurait été trop facile ! Qu’à cela ne tienne on a notre rendez-vous !

On parcoure la ville pour trouver un photographe capable de nous faire des photos 2*2 (entendez 5cm par 5cm). 1er arrêt, 12 photos de moi trop petites et sur fond bleu turquoise. Echec. Avant le deuxième arrêt, illumination ! Ce n’est pas des centimètres mais des pouces ! Et c’est reparti ! Finalement après des aller-retour (y en avait tellement que je ne me rappelle plus !) enfin, nos photos en poche, les multiples photocopies et la satisfaction d’avoir été presque efficaces, nous rentrons éreintés et dormons du sommeil du juste !

Le jour dit, à l’ambassade, fiers de la propreté de nos documents et des informations qui y figurent nous sommes détendus. Après 3 heures d’attente, enfin on nous appelle !

Sans rire, jamais je ne me suis fait jeter aussi rapidement. Pas de sourire, pas de bonjour, il prend les documents, les regarde à peine, me les jette à la figure et dit « les photos ne sont pas assez blanches. Revenez demain. » Impossible de négocier, il ne me regarde déjà plus. Fin de la discussion.

3ème balade à la recherche d’un photographe. Sachez qu’ici un photographe ça ne ressemble pas à un photographe de chez nous. C’est plutôt un appartement dans lequel on rentre, qu’on traverse, on en profite d’ailleurs pour dire bonjour à la famille qui est entrain de manger et on se retrouve dans un petite pièce improvisée avec des parapluies et un drap blanc…
Après des minutes et des minutes de discussion le photographe comprend enfin les spécificités de notre demande !

2ème tentative le lendemain, M. LeCon De L’Ambassade accepte nos dossiers mais refuse de répondre à mes questions ! Parce que j’en ai des tas. Le visa indien est très compliqué (touriste, affaire, 2 mois, 6 mois, 2, 3 ou multiples entrées… Si tu prends le 6 mois et que tu souhaites sortir du pays il faut laisser 60 jours entre la sortie et la nouvelle entrée… bref !)

IMAG0814 3 jours plus tard nous avons récupérons nos visas !!! Yeahhhhh !!!!!!!

Emilie, je te souhaite de galérer autant que nous afin de découvrir les joies de l’administration asiatique…

Au total, quelques fous-rire, des heures de marche dans la ville, des heures d’attente à l’ambassade, quelques dollars pour les conducteurs de tuk tuk et les photographes. Et surtout tout ça sans aucune crise de nerfs !!! Le voyage nous rend sereins…

CIMG8373 Entre temps nous en avons profité pour rêvasser sur l’esplanade, (c’est le quai Sisowath, à la tombée de la nuit les Cambodgiens viennent y faire du sport et de la danse !), visiter la ville, (encore !), les marchés et le musée national dont le patio intérieur est très joli.

La visite prépare aux temples d’Angkor. Le bâtiment est magnifique, rouge vif, très haut sous plafond avec du bois de partout. Il a été construit en 1920 par les Français. Cela explique explique son aspect style colonial bien que complètement ancré dans l’architecture khmère, les Français ayant eu à cœur de respecter la tradition du pays. A l’intérieur de nombreux chefs d’œuvres khmère trônent et imposent. Malheureusement nous n’avons pas pu profiter des connaissances d’un guide puisqu’il n’y en avait pas quand nous sommes arrivés. Alors on a regardé, un peu et on a squatté le jardin, beaucoup.

Des photos du musée !

CIMG8362On est aussi passé par la Grande Poste pour vous envoyer nos cartes, c’est une grosse bâtisse du XIXème siècle typique de l’architecture coloniale. On s’est un peu battu avec les guichetières parce que visiblement leur grande spécialité c’est de décoller les timbres une fois le client parti et de les revendre au prochain ! On croise les doigts pour que vous ayez nos lettres, sans quoi vous manqueriez nos plus belles déclarations d’amour !

On est resté ici si longtemps qu’on a même nos restaurants fétiches maintenant ! Et quand on rentrera moi aussi je m’essaierai à faire moi même mes pâtes fraîches !

Ci-dessous quelques photos de la ville.

Si vous saviez les disputes que le choix de celles-ci engendre, vous les apprécierez d’autant plus ! A bon entendeur…

Bon c’est pas le tout mais nous, on a bien envie de visiter Angkor !

Retrouvez-nous à Siem Reap !

Publicités

2 réflexions sur “Phnom Penh

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s