Vietnam Sud

CIMG6724 22 février, Hô Chi Minh City

Hong Kong, la Nouvelle Zélande, Singapour, tout ça, c’était facile. Voyageurs à l’international et pourtant si peu sortis de notre bulle, si peu confrontés à la différence des mondes…
Vietnam, 1ère claque. Et pourtant on est loin de la misère indienne qui nous attend. On ne sait pas trop à quoi on s’attendait mais pas à  » ça « …

Hô Chi Minh City, ville de l’Oncle Hô, figure d’un Vietnam libéré, il prône dans chaque maison, chaque hôtel… Hô Chi Minh City, ville des scooters, des klaxons et des tours operators… Une atmosphère bien à elle qui envahit sans demander son reste.

CIMG6370_resizedLa chaleur est lourde, les rues sont chargées et envahies de deux roues. Ville sonore où les klaxons rythment nos pas. A la sortie de l’aéroport, on avait le choix entre la navette, le taxi et le bus. On a été super courageux et aussi un peu foufou et on a pris le bus… Et là, on s’est retrouvé plongé dans le Vietnam. A 3 voire 4 sur des fauteuils 2 places, pas d’arrêts de bus indiqués, nos gueules de touristes nous ont valu le double du prix du ticket de bus… Désemparés, tout petits dans cette si grande ville et si différente de nos Paris / Lyon rassurantes. On a zigzagué entre les scooters, croisé des rats qui auraient bouffé des chiens tellement ils étaient gros, évité les égouts qui débordent, enjambé les détritus, manqué de se faire renversé 3 fois et pour la première fois depuis le début du voyage j’ai pensé  » vite une chambre d’hôtel dans laquelle je puisse m’enfermer et ne plus ressortir…  »

CIMG6384_resized Nos estomacs hurlant, on a bien été obligé de quitter notre abris aseptisé… Nos déambulations nous ont mené vers un autre Vietnam, plus propre, plus semblable à nos villes européennes, moins effrayant. Et on a découvert le délice de la nourriture vietnamienne…

23 février, Hô Chi Minh 2ème !

A Hô Chi Minh on roule dans un sens, dans 2 sens, dans l’autre sens, en parallèle, en diagonale… Toute ma géométrie ne suffirait pas à vous décrire l’anarchie de la circulation vietnamienne. Les scooters empiètent sur la rue, sur les trottoirs, dans les parcs, dans les maisons, ils grillent le rouge, s’arrêtent au vert, il faut être né ici pour comprendre les règles du jeu ! A chaque coin de rue on propose un tour en scooteur mais faudrait être suicidaire pour tenter l’aventure !

On s’est baladé toute la journée, on a visité d’anciens bâtiments coloniaux, on a révisé nos leçons d’histoire et on a aussi booké un trip de 3 jours dans le delta du Mékong… En d’autres termes on a trainé dans les rues et on a bien fait parce qu’il faut se laisser appréhender par la ville pour l’apprécier. Hô Chi Minh City ne se délivre pas au premier venu, elle demande qu’on lui accorde du temps. Quand on repense à l’histoire du Vietnam et qu’on réalise que ses habitants se sont battus pour leur indépendance contre les Chinois, les Français, les Américains des années et des années durant, on se dit que ce pays est un survivant et c’est bien cette impression qui se dégage d’Hô Chi Minh City…

24, 25, 26 février, Delta du Mekong

CIMG6612 D’avance, nous tenons à demander pardon à Steph, Miguoul, Mimine et Toto… Je vous jure que depuis le début on est des touristes responsables et on fait honneur à votre guide. Et plus sérieusement mais malheureusement ils ne me liront pas, c’est à tous ces Vietnamiens rencontrés et envahis pendant ces 3 jours que je tiens à demander pardon.

CIMG6704 – de 60 euros. Ca nous a coûté – de 60 euros par personne (transport, logement et nourriture compris) pour partir 3 jours dans le sud du Vietnam. Un voyage organisé, on monte dans le bus, on descend du bus, on mange là et maintenant, on dort, on se lève, on visite. On prend le bus, le bateau, le taxi, on se fait trimballer d’un point A à un point B. le Mékong c’est chouette y a pas de doute mais pas visité comme on l’a fait. On a choisi la facilité et la simplicité et on a perdu au passage l’authenticité. On s’est retrouvé des centaines de touristes dans des petits villages et chaque fois on a assisté à des spectacles humiliants. Soit disant une fenêtre ouverte sur le  » Vietnam authentique « , mais surtout une véritable mascarade.  » Regardez comment on fait le pop rice, et ici la fish farm, et là des chants traditionnels et là encore les handmade coconut candy…  » Un vrai Vietnamese puppet show… Un conseil ? Fuyez les agences qui vendent des tours et partez vous même à la rencontre du Vietnam !

Malgré tout on s’est retrouvé à dormir chez l’habitant sur l’île de An Binh, on a pris des cours de cuisine vietnamienne, on a dégusté des fruits tropicaux d’ici et on a aimé…

CIMG6590

27, 28 février, Mui Ne

CIMG6863Petite ville balnéaire en plein boom, Mui Ne c’est le sable blanc, le port de pêcheurs aux bateaux bleus et surtout des immenses complexes hôteliers qui investissent le paysage, des touristes à la pelle, et on est bien ingrats parce qu’on se moque de leur coups de soleil, on se moque de leur attitude et on se moque de tout ce qui fait d’eux des touristes en oubliant bien souvent qu’on est nous aussi des touristes…

Mais Mui Ne c’est une ville à marquer dans les anales parce que c’est LA ville dans laquelle je me suis exercée pour la première fois au scooter !!! Bon, on s’est fait peur quelques fois (pardon pour nos mamans qui liront ça) mais ça valait mille fois le coup de s’éloigner un peu du centre touristique et d’aller se perdre dans les dédales d’une ville finalement très agréable.

CIMG6894 On s’est baladé sur la plage, on s’est fait arrêter par des enfants qui te louent un morceau de plastique pour descendre en luge sur des dunes splendides (et je vous jure que ça arrache le cœur de dire non à un enfant qui te dit le regard en coin et les yeux pétillants d’espoir  » maybe later ? « )…

CIMG6869On a même failli se baigner et puis on est tombé sur Dame Poubelle Nature et on a été vacciné… On se pose d’ailleurs toujours la question, comment est-il possible de posséder un écran plat dernière génération dans des campagnes tellement reculées qu’on ne comprend même pas comment l’électricité arrive jusqu’ici, et jeter ses poubelles devant sa maison, ou pour ceux qui ont  » la chance  » de vivre près des rivières, d’attendre marée basse que le courant emporte ses déchets…

On a cherché pendant longtemps notre guesthouse, on ne l’a jamais trouvée, par contre on a croisé un Vietnamien (il ne parlait ni français ni anglais évidemment) il nous a fait passer de maison en maison et finalement une dame nous a proposé de nous héberger moyennant la somme de quelques euros… On n’a pas beaucoup réfléchi, on s’est dit qu’entre donner ces quelques euros à elle et à sa famille et à un hôtel (certes beaucoup plus propre, moins sommaire tout ça tout ça…) le choix était vite fait… Alors on a dormi chez elle et on a découvert la vie vietnamienne, la vraie… 🙂

CIMG6952Et le lendemain notre bus nous attendait. Juste le temps d’un petit déj et nous voilà déjà repartis pour la suite !
On a acheté un open bus ticket, c’est un billet valable un mois qui dessert 6 arrêts dans tout le Vietnam. C’est simple et pratique, mais on a vite fait de se laisser piéger par la facilité et de ne rester qu’entre touristes…

1er, 2 mars, Dalat
CIMG7007 Dalat c’est le Annecy vietnamien, perché sur des hautes montagnes, pourvu de nombreux lacs artificiels et naturels, de nombreux bâtiment au style colonial, de chutes d’eau et d’ un marché de nuit destiné aux touristes venus du monde entier y compris du Vietnam (on y a vu de nombreux jeunes couples venus y passer leur lune de miel !) c’est la ville romantique par excellence. C’est aussi la ville de l’éternel printemps comme le disent si justement ceux qui y séjournent, car il fait toujours frais ! Et vous qui êtes en ce moment coincés dans votre hiver à rallonge vous ne pouvez pas comprendre à quel point il peut être agréable de devoir porter un pull à la tombée de la nuit…

CIMG6957Pour rejoindre Dalat, il nous a fallu 5 heures de bus depuis Mui Né, autrement dit, 5 heures de Space Mountain. Les routes du Vietnam sont parfois comparables à un champs fraichement labouré qui aurait en plus été bombardé… Une route-Hiroshima bêchée, piochée et entaillée… Entre nos sauts, nos  » aye  » et nos  » ouille  » on a quand même eu le temps de voir de nombreuses terres en feu. La culture sur brûlis, bien que formellement interdite, est toujours pratiquée par les montagnards. On a croisé la route d’un vieux vietnamien qui parlait anglais, français, allemand, chinois et vietnamien (rien que ça), il nous a expliqué que le Vietnam était un pays aux nombreuses interdictions (culture sur brûlis, déchets dans la rue…) mais que par peur d’un  » printemps asiatique  » le gouvernement passait outre et laissait au peuple ce genre de libertés, plutôt que d’autres…

CIMG6966 Le soir on a tenté l’aventure culinaire et on a mangé typique-typique-local-qu’on-mangerait-jamais… On a jamais su ce que c’était, y avait des pates de poulet qui flottaient et le seul mot qu’on a compris, ou que le cuisto/serveur/vendeur a su nous dire c’était  » blood, blood, blood !  » accompagné d’un grand sourire… On n’avait pas besoin d’en savoir plus, ça nous suffisait amplement… Et on a quand même fini nos bols s’il vous plait ! Et pour se remettre de nos émotions on a fini la soirée avec des fruits cultivés là-bas et ça, ça valait autrement le coup…

3, 4 mars, Nha Trang
Jusqu’à aujourd’hui on a déjà fait 536 kms de bus… Après 5 heures de route, on débarque dans cette ville le moral au beau fixe bien décidé à se trouver une petite chambre sympa-pas-chère pour la nuit… L’histoire qui va suivre est interdite aux moins de 12 ans car l’anecdote est assez glauque… On dort à l’auberge Camille, ouverte par un couple franco-vietnamien il y a de nombreuses années, nous sommes accueillis par une très charmante famille, Camille, sa femme et leur fille. Le soir venu, en pleine balade dans la ville on tombe sur un restau qui propose des grenouilles façon dombes, un bouchon lyonnais !!! Alors forcément on papote avec le propriétaire. De fil en aiguille M. Bouchon Lyonnais nous annonce que le-dit Camille est décédé il y a quelques jours et que sa femme et son fils (non non non pas sa fille, son fils !) sont éplorés… No coment…
Seb a dû me trainer de force pour retourner là-bas… Les fantômes vietnamiens sont encore plus méchants que les français, j’vous jure !

CIMG7058Bon sinon, en ce qui concerne la ville, mais c’est beaucoup mois sympa à raconter que les histoires qui font peur ! Nha Trang est une petite ville sympa, très touristique, assez commune à ce qu’on a déjà vu en fait… A priori c’est aussi une ville qui bénéficie d’un microclimat très privilégié mais pour tout vous dire, nous y sommes restés 2 jours et il a plu 1,5 jour…
De nombreux Français y sont installés et refont leur vie ici. D’après l’un d’entre eux, il est très facile et aussi très agréable d’arriver ici avec juste un peu de sous en poche, de trouver travail, maison et femme et de vivre comme un roi !

CIMG7088 Le port est très joli, ici, comme tout le temps, les bateaux de pêcheurs sont bleus turquoise… Et comme tout le temps dans les ports, bah, ca sent le poisson !

Pas très loin du port, à la sortie de la ville ( on a pris un vélo pour y aller…) il y a de magnifiques ruines d’anciens temples de la civilisation cham. Et là accrochez-vous parce que c’est compliqué. Ces temples étaient donc des lieux de prières destinés aux rois et populations cham, ils vénéraient CIMG7056des dieux des grandes religions indiennes. Aujourd’hui, ce sont les Vietnamiens et non les Cham (la civilisation Cham existe toujours mais ils sont très peu nombreux !) qui réoccupent ces temples qui étaient naguère voués à une autre religion ! Plus fou encore, les Cham ne vénèrent plus les dieux indiens puisqu’aujourd’hui ils sont musulmans !!! Un vrai casse tête ! On n’a pas tout compris parce que le guide parlait anglais, et un Vietnamien qui parle anglais c’est comme… Moi sur un scooter… Mais c’était chouette…

Bon c’est pas le tout, mais notre bus nous attend, il nous emmène à Hoi An. Devant nous, 11
heures de bus… Et ça, ça vaut bien une p’tite photo !
CIMG7120

5, 6 mars, Hoi An, la ville au mille lanternes

 » Ah bah enfin ! »

IMAG0805 C’est ce qu’on s’est dit en descendant du bus ! D’abord parce qu’on en avait marre d’être couché et malmené mais surtout parce que pour la première fois une charmante petite ville vietnamienne s’est offerte à nous. Hoi Ann, située en bord de rivière a une architecture tellement bien à elle qu’elle lui a valu d’être classée au patrimoine mondial de l’UNESCO !

Y a comme une impression de Provence ici, mais plutôt comme une Provence asiatique. C’est un petit village coloré avec son marché et toutes ses saveurs, ses ruelles et ses centaines de maisons qui valent le coup d’œil. Pas un seul immeuble ni une seule tour. La ville est calme et paisible, (c’est suffisamment rare au Vietnam pour être signalé), et une grande harmonie règne ici.

Le long des rues s’étalent de nombreux tailleurs et chausseurs, ils exposent leurs travaux destinés à attirer le client. On y est alpagué tous les 10 mètres et pour rien du tout on peut s’offrir le luxe d’une tenue sur-mesure.

Le soir venu les tailleurs laissent place au bars, restaurants et marché de nuit qui s’illuminent de mille lanternes. Et la ville devient féérique.

IMAG0801 Hoi An est aussi synonyme de saveur culinaire. A priori c’est la cuisine la plus fine du Vietnam, et à ce jour, on confirme, c’est là-bas qu’on a dégusté nos meilleurs mets. La rose blanche, le Cao Lâu, le Mi Quang, le Hoanh Thanh… Hummmm !!! EXQUIS !!!!

Tout de cuir vêtu, M. Dzeou (pardon pour l’orthographe mais il est très facilement reconnaissable !) règne en maître sur Hoi An, omniprésent et hantant les ruelles de la ville, il se déplace plus vite que la lumière de telle sorte que où que tu ailles, il est là… Charmant Monsieur vietnamien parlant très bien le français il dégaine sa main tendue invitant au salut avant même que tu n’aies eu le temps le voir arriver. Il est gentil, drôle et ravi de faire découvrir son pays… Ne le ratez pas !

CIMG7236
Et puis on a rencontré un couple de Français fraichement installé, ils ont posé leurs affaires dans un petit village pas loin d’ici, un village au nom imprononçable alors comprenez que je puisse encore moins vous l’écrire ! Quoi qu’il en soit un petit village absolument charmant, on a zigzagué en vélo entre les jardins maraîchers et on a même tenté un mot de vietnamien !

CIMG7189 Après 1 heure de bus on peut aussi visiter My Son, ce sont des ruines Cham (vous connaissez déjà l’histoire !). Il n’en reste pas beaucoup car le site a été bombardé par les Américains durant la guerre. La nature a repris le dessus, c’est beau et reposant mais c’est aussi dommage de constater à quel point aucun soin n’est accordé à ces lieux. Et pour ceux qui se demanderaient où sont passées les têtes, ne les cherchez pas, elle ont été  » volées  » par les Français et sont aujourd’hui au Louvre !

Plus de photographies par là dessous !

7, 8 mars Hue

Alors honnêtement à l’heure où je vous écris, j’ai oublié Hué… Je ne me rappelle ni de son architecture, ni de ses habitants, et encore moins du  » charme décalé  » décrit par Le Routard…

Je sais en revanche que cette ville se situe au centre du dragon et qu’elle marque la moitié de notre séjour en pays vietnamien.

Je me rappelle aussi de ce fameux petit restau Hung Vu’o’ng Inn au 26 de la rue Hung Vu’o’ng… Il paye pas trop de mine mais on y mange vraiment bien pour vraiment pas cher et surtout on y est accueilli avec le sourire… Et les salades de fruits valent vraiment le détour…

Le reste… Pfiiiouuuu ! Envolé…

Evidemment cette ville n’est pas inscrite au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco pour rien… La cité impériale et les tombeaux (bien à l’extérieur de la ville) sont un trésor d’architecture asiatique… Et ils valent bien que l’on s’attarde un peu sur eux…

La cité impériale

CIMG7291L’entrée est payante mais reste très abordable. Cette cité, en forme de carré, est le dernier exemple d’une cité impériale au Vietnam, les autres ayant disparues. Elle a été construite au début du 19ème, et Vietnamiens et Français on travaillé ensemble à son édification. Ce qui explique certainement les inspirations architecturales françaises et chinoises. À l’intérieur de l’enceinte constituée par la citadelle, on peut visiter la Ville Impériale et la Cité Pourpre Interdite.
Une jolie visite d’1 heure 30, durant laquelle on se perd dans les multiples palais.

Malheureusement suite à l’offensive du Têt en 1968 plus de 40 bâtiments (sur 67 !) ont été détruits…

Il est très regrettable aussi de constater le peu de soin et le manque d’entretien accordé à ces lieux vieux de 200 ans. Les bâtiments sont décrépis et la nature a souvent repris le dessus, les arbres poussant sur les toits et la mousse recouvrant de nombreux murs…

Et puis parce que c’était joli, on vous met quelques photos en plus de la cité impériale !

Les tombeaux impériaux

Pour les Vietnamiens bouddhistes, la vie sur terre n’est qu’un court passage, la vraie vie se trouve dans l’au-delà. C’est certainement ce qui explique que les empereurs de l’époque se soient fait construire des immenses mausolées. Mais la plupart de ces empereurs avaient aussi fait le choix de s’installer dans ces mausolées, voilà pourquoi il s’agit plus de maisons de campagne que de bâtiments funéraires. Ces immenses palais implantés en pleine nature et bien conservés sont à l’image de leur instigateur, tant par leur grandeur que par leur minutie, ils révèlent la folie des empereurs vietnamiens.

De nombreux mausolées sont à visiter dans la périphérie de Hué, et même si certains éléments sont communs à chacun, ils ont tous leur propre spécificité. D’ailleurs, pour l’anecdote, sachez qu’il a fallu réglementer la construction de ces mausolées sous peine de voir disparaitre le paysage ainsi que l’argent du pays tellement les princes et personnes de haut rang on souhaité leur propre mausolée… Un peu orgueilleux non ?

Le tombeau de Tu Duc
CIMG7405Je ne pourrais pas vous raconter toute l’histoire, parce que d’une part, encore une fois et comme toujours, le guide parlait anglais, et d’autre part parce qu’un détail en engage un autre et que ce serait trop long…
Nous avons donc retenu pour vous le plus  » croustillant « . Ou peut être devrais-je dire, le plus  » glauque « …

Ce fameux empereur Tu Duc a régné au milieu du 19ème siècle, il a donc vécu de plein fouet la colonisation française. Et il n’a pas hésité à tuer sa famille pour hériter du trône… Ne vous avais-je pas dit qu’ils étaient fous ?!

La construction du mausolée se fit du vivant de Tu Duc et exigea des sommes faramineuses ainsi que de nombreuses mains, elle fut d’ailleurs marquée par la révolte de ces 6000 ouvriers qui œuvraient dans des conditions extrêmement difficiles.

Sachez aussi que les tombeaux ne sont pas réellement des tombeaux, entendez par là que le corps des empereurs ne repose pas dans ces tombeaux. En effet, ils étaient enterrés avec leur trésors et pour éviter toute tentative de pillage, l’emplacement exact de leur tombe est resté caché. On raconte même que ceux qui ont participé à l’enterrement de l’empereur ont été assassiné, pour éviter les fuites…

Le tombeau de Khai Dinh
CIMG7369 12 ème empereur du Vietnam (début XXème), Khai Dinh n’était pas aimé du peuple. D’abord parce qu’il collaborait ouvertement avec les Français et aussi peut être parce qu’il a augmenté de près de 30 % les impôts afin de faire construire son mausolée…

Son tombeau, absolument tape-à-l’œil et à l’image du personnage, se dresse au sommet d’une colline, on ne peut pas le manquer ! Contrairement aux autres, il a été construit avec du béton français et des tuiles des toulouse… Ahhhh collaboration quand tu nous tiens… Frime et ostentation, voilà ce qu’on retient de ce mausolée. Il n’empêche, ne le ratez pas, il vaut le déplacement…

Le tombeau de Minh Mang
CIMG7328L’un des plus beaux ! C’est au milieu d’une forêt de pins qu’on le découvre, tantôt caché, tantôt visible, c’est comme s’il jouait à cache-cache avec la nature…
Mais les anecdotes me manquent… Je me rappelle néanmoins quelques chiffres très éloquents… Minh Mang avait en effet de nombreuses femmes et concubines (plus de 300) et 142 enfants, il est mort très jeune, et selon notre guide, peut être se trouva-t-il prématurément fatigué…

Crousti-glauque je vous avais dit !

Quelque part par là, on a visité une fabrique d’encens, plein de couleurs !

Le retour à Hué en bateau sur la rivière des parfums en fin d’après midi c’est plutôt pas mal dans son genre aussi… 🙂

Plus de photos en vrac ici !

Ce soir, devant nous 15 heures de bus, 780 kms… Ce bus nous emmènera tellement loin, dans le nord du Vietnam, que pour le coup, on change de page ! Rendez-vous page Vietnam Nord !!!

Publicités

10 réflexions sur “Vietnam Sud

    • Haaaaaaa !!! J’lavais pas vue comme ça l’histoire moi ! Ca m’étonne pas de toi tiens ! Moi j’pensais juste qu’elle avait juste cherché à « faire comme si » devant les touristes…

  1. Merci pour toutes ces images et merveilleux commentaires de votre voyage qui révèle des surprises et c’est bien ainsi. Bonne continuation, nos pensées vous accompagnent.
    Bisous
    Philippe et Renée

  2. Vous avez passé seulement 1h30 dans la cité impériale de Hue ! Mais c’est magnifique tous ces palais abandonnés où il y a pas un seul touriste car ils sont tous restés au palais impérial juste devant la porte. Moi je m’y suis régalé une après-midi entière, tellement que j’ai pris une insolation 😉

    • Je confirme que le gros de touristes (tous Chinois ou Sud Coréens !) reste coincé aux gros spots touristiques ! C’est rigolo de les voir se suivre, tous avec les mêmes casquettes… Hué.. Oué… –> Je sors ! (Chacun son tour !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s